Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Loge d'Aymeric

Ballets de Noverre à l'Opéra Comique

27 Décembre 2012, 11:42am

Publié par La loge d'Aymeric

Chorégraphie de Marie-Geneviève Massé. Direction musicale: Hervé Niquet à la tête du Concert Spirituel. Partition: Jean-Georges Rodolphe. Mise en scène: Vincent Tavernier. Compagnie L'Éventail.

 

Après une conférence très intéressante l'après midi sur Noverre et le ballet d'action, voilà enfin venu l'heure du spectacle à proprement parler! A la suite d'un judicieux replacage au premier rang du second balcon dans une salle décidément pas assez remplie, tout peut enfin commencer dans cette superbe salle Favart, une des plus jolies de Paris.

 

La musique arrive tout de suite, très efficace, il faut dire que trente minutes pour Armide et quarante cinq pour Médée c'est bien court, allons tout de suite à l'essentiel. La partition n'est certes pas un chef d'oeuvre mais reste cependant bien supérieur à des partitions de ballets plus classiques comme ceux de Minkus ou Délibes. Comme cela avait été dit dans la conférence de l'après midi, l'usage des vents est souvent étonnant, avec des flutes qui ont parfois du mal à se placer en harmonie avec le reste, les cors s'imposent beaucoup plus nettement!

 

En parlant d'harmonie, effectivement, comme le disait Massé à la conférence de l'après-midi, tout est ici limpide entre danse et pantomime. Qu'est ce que cela coute? Et bien beaucoup moins de virtuosité que les grands ballets de la fin du XIXème. Evolution du ballet oblige, et c'est pour cela que c'est si passionnant sans être du tout ennuyant. Cela se laisse regarder en effet avec grand plaisir, j'ai l'impression de découvrir un tout nouveau style, du théâtre dansé. Et donc le but de Noverre de raconter une histoire et d'exprimer émotions et passions est bel et bien atteint!

 

http://www.la-croix.com/var/bayard/storage/images/lacroix/culture-loisirs/culture/actualite/jean-georges-noverre-le-pionnier-du-ballet-moderne-_eg_-2012-12-21-890726/28660635-1-fre-FR/Jean-Georges-Noverre-le-pionnier-du-ballet-moderne_article_main.jpgL'effet baroque est bien rendu pour ce qui est donc de la musique, mais aussi pour les costumes et les décors. Les plumes débordent des casques, et les robes sont garnies largement, mais suffisamment pour pouvoir danser et notamment sauter. La robe de Médée rouge sang avec la cape assortie qui se détache pour permettre de jolies tours est superbe! Les décors sont réalisés avec de très beaux panneaux peints qui rappellent ceux d'Hippolyte et Aricie et sont placés les uns par rapport aux autres pour des effets de mouvement et de perspective.

 

La durée donc très brève de ces œuvres rend la dramaturgie limpide, rien de trop, pas de place pour le divertissement non dramatique s'il faut suivre un fil directeur. Malgré mon triathlon Médée au TCE, j'ai toujours autant de plaisir à suivre cette histoire. Les émotions se ressentent très clairement: la haine, la peur, l'amour, le rejet. Une scène apparait dans cette version où la sorcière va chercher aux enfers un poignard, du feu et une robe empoisonnée entourée des créatures infernales et .... de son double maléfique! Sarah Berreby apparait comme une vraie femme en pleine possession de ses moyens qui sait s'opposer aux autres. Tout le monde y est finalement très bon et tourne tels des astres autour de cette femme diabolique.

 

Je ne ferai pas forcement les mêmes éloges de Renaud et Armide dont l'histoire me gonfle un peu. J'avais déjà vu l'Armide de Rossini qui m'avait bien ennuyé. Ici au moins l'histoire est concise. Ce qui fonctionne le moins est notamment lors du départ de Renaud l'évanouissement de la terrible guerrière qui parait un peu faible d'un coup d'un seul. Et alors Renaud ne fait pas très grand sauveur de Jérusalem. Je ne suis pas non plus un grand fan du ballet d'hommes poissons! Mais en tout cas Sabine Novel est toute ravissante et excelle en mime.

 

Si Médée a su refléter ce nouveau désir d'exprimer des émotions fortes, Armide reste plus simplement plaisant à regarder (dont cette grotte qui sert de la mer). Une belle découverte donc que ce chapitre manquant de la danse! Une hypothèse de cet art à part entière qui aurait contribué à nous apporter les grands ballets romantiques et par la suite toute l'histoire de la danse!  

Commenter cet article

genoveva 27/12/2012 15:19

Beau replacement pour moi aussi ! ceux qui ne sont pas venus ont raté quelque chose ! Personnellement j'ai beaucoup aimé Armide également et surtout les décors tellement kitch ! Merci à l'Opéra
Comique !