Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Loge d'Aymeric

Zoologie au Grand Palais

5 Juin 2012, 12:16pm

Publié par La loge d'Aymeric

Jamais deux sans trois, après Monumenta et Newton, je passe voir Beauté Animale au Grand Palais. Je dis bien je passe car je n’attendais rien de cette expo qui a eu peu d’échos dans la presse, surtout comparé aux deux autres événements. Elle n’a pas un intérêt transcendant mais c’est une vraie découverte !

Les salles sont donc vides, à l’exception d’un groupe de jeunes élèves qui avance à ma vitesse et me fera rire tout du long par les questions posées à la guide. (Les koalas se font renverser par les voitures en allant chercher du bambou ?)

Les premiers animaux sont étudiés au 16èmesiècle, très méticuleusement et quasi-naturellement. Ce sont les Tierstück de Dürer par exemple. Les animaux y sont très réalistes, magnifiés par des tableaux de la Création ou de l’Arche de Noé. Certains ont tant de sentiments dans leurs yeux qu’ils paraissent surnaturels, voir sortis d’une science fiction. Différentes sculptures sont présentées. Une vache par Calder, un dindon en bronze appartenant aux Médicis. Le but est de nouveau de magnifier l’animal et de le rendre beau.

http://www.photo.rmn.fr/CorexDoc/RMN/Media/TR1/Z9MOSV/10-536025.jpg

Au 17ème se développent les études vétérinaires, dont l’école d’Alfort (cocorico, vive la France). Les artistes considèrent alors que l’étude poussée des animaux est nécessaire pour les représenter. On étudie les muscles, l’anatomie des chevaux par exemple. On voit donc des sculptures de canassons par Degas à différentes allures. La photographie viendra par la suite, décomposant le mouvement, prélude au cinéma. Etienne Jules Marey réalise une sculpture sur le vol du goéland (voir ci-contre).

En parallèle des grandes découvertes se développent la zoologie au 16ème siècle, se centrant sur les nouvelles espèces. Est donc présenté un livre massif d’études des oiseaux des Amériques réalisé par Audubon, qui, selon la guide que j’entends au loin, est adulé aux Etats-Unis. Les familles les plus riches créent des ménageries privées où les artistes peuvent venir peindre. Ainsi Rubens a esquissé des lions dans le zoo d’un archiduc des Pays-Bas.

Une partie ensuite sur la zootechnie. Qu’est ce ? Une technique de croisements d’animaux, qui s’est transformés avec le temps et l’essor des techniques, notamment via la génétique, ayant pour but d’optimiser la capacité des animaux pour servir l’homme. On voit donc des dessins de vache ou de mouton qui resse mblent peu à nos animaux contemporains.

http://idata.over-blog.com/2/82/06/14/GIACOMETTI/125510105690.jpgLes préjudices sur les animaux proviennent des mythes et croyances populaires. L’Histoire Naturelle de Buffon au 18ème a donc fortement marqué les esprits jusqu’au début du 20ème siècle. Le chat par exemple n’est bien vu qu’à partir de la fin du 18ème (avec la réapparition de gros rats dans les villes). On voit un chat très amusant de Giacometti, un peu cartoon.

Plus on approche de la fin, plus l’exposition se place comme défense de la nature et des bêtes. Ainsi un tableau vivant où un cerf tourne la tête, debout sur un carré de feuilles mortes. Défendre la nature, je me sens un peu dans Bambi !

Les animaux détestés ont aussi le droit d’être représentés. Une esquisse d’araignée de Bourgeois (et pas une sculpture, heureusement), une très belle chauve-souris de Van Gogh, toute orange et marron.http://www.boutiquesdemusees.fr/uploads/photos/697/673_l.jpg

Enfin, des œuvres sur la disparition des rhinocéros indiens, des dodos (découverts en 1598 et disparus en 1681 sur l’île Maurice) et enfin des ours polaires. Une sculpture d’un ours blanc taille réelle par Pompon, qui serait, dans un siècle, un témoignage sur une espèce désormais éteinte.

Le Grand Palais nous offre donc une leçon de zoologie. On passe rapidement dans certaines salles (observer un tableau de vache pendant une heure…. très peu pour moi), mais on apprend quelques choses !

Commenter cet article

eimelle 15/06/2012 11:51

j'aurais bien aimé voir cette exposition aussi, je n'ai pas eu le temps après Monumenta, alors merci pour cet aperçu virtuel!